Pages

dimanche 28 mai 2017

PALMARES DE LA CRITIQUE INTENATIONALE FESTIVAL DE CANNES 2017 (EN ROUTE POUR LES OSCARS)

La cérémonie vient de s’achever dans le Salon des ambassadeurs du Palais des Festival. Ces prix Fipresci ( connus également sous le nom de Prix de la critique internationale) est une récompense remise depuis 1946 pendant le Festival de Cannes par un jury constitué de critiques de cinéma internationaux représentant La fédération internationale de la presse cinématographique (Fipresci) afin de soutenir le cinéma de genre, risqué,et original. Peut-être un avant-goût du Palmarès attendu demain soir.

Pour la compétition officielle,le prix Fipresci de la compétition officielle a été décerné à 120 battements par minutes de Robin Campillo . Le film se situe au début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean, Le film sortira en salles le 23 août 2017. Il succède à Toni Erdman de Maren Ade, récompensé en 2016.


Pour la section Un certain regard, Une vie à l’étroit (Tesnota), premier film du russe Kantemir Balagov a été choisi . On y suivra le parcours, à la fin des années 90 en Russie, de Ilana, 24 ans, travaillant dans le garage de son père pour l'aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée. Au sein de cette communauté juive repliée sur elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David? En 2016, Dogs de Bogdan Mirica avait reçu ce prix.
Pour les sections parallèles, L’usine de rien (A Fabrica de Nada) de Pedro Pinho (Portugal), présenté dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs, a été récompensé. Le scénario s’intéresse à des travailleurs qui surprennent la direction en train de vider leur usine de ses machines. Ils comprennent qu'ils vont bientôt être licenciés. Pour empêcher cette délocalisation de la production, ils décident d'occuper les lieux. Mais la direction disparaît laissant le collectif seul. Ils imaginent alors de nouvelles façons de travailler dans un système en crise.. En salles le 13 décembre 2017, L’usine de rien succède à Grave de Julia Ducournau, qui avait obtenu précédemment ce trophée.

Google+ Badge

Google+ Badge

Google+ Badge