Pages

lundi 6 février 2017

PALMARES DES MAGRITTE DU CINEMA BELGE 2017

"Les premiers les derniers" de Bouli Lanners a été sacré "Meilleur film" lors de la septième cérémonie des Magritte du Cinéma, les prix qui récompensent le meilleur du 7e art belge. Le long métrage aux huit nominations s'est également distingué dans les catégories "Meilleur réalisateur", "Meilleur acteur dans un second rôle" (David Murgia), "Meilleurs décors" et "Meilleurs costumes".
Le Magritte de la "Meilleure actrice" a exceptionnellement été remis à deux actrices, à savoir Virginie Efira ("Victoria") et Astrid Whettnall ("La route d'Istanbul), le jury n'ayant pas pu les départager.
Jean-Jacques Rausin s'est vu remettre samedi le Magritte du "Meilleur acteur" pour son rôle dans "Je me tue à le dire" de Xavier Seron. Il concourrait face à François Damiens (Les cowboys), Bouli Lanners (Les premiers les derniers) et Aboubakr Bensaihi (Black). 
L'Académie André Delvaux, organisatrice de la cérémonie des Magritte du Cinéma, a décerné un Magritte d'honneur à l'acteur André Dussollier, en présence de Lucas Belvaux, réalisateur de "Chez Nous" dans lequel le Français incarne un médecin qui recrute une infirmière pour figurer sur la liste d'un parti politique d'extrême droite.
Après une "standing ovation", André Dussollier a pris la parole pour tenir un discours teinté de sarcasme. "Lucas Belvaux s'est permis de mettre en péril un parti politique en tête de tous les sondages", a-t-il déclaré en référence aux vives critiques dont a fait l'objet le dernier long métrage du réalisateur belge de la part du Front National en France. "Je me demande si je ne vais pas être contraint de vous demander l'asile politique", a poursuivi l'acteur. Homme de théâtre et de cinéma, André Dussollier a tourné pour des pointures telles que François Truffaut, Jean-Paul Rappeneau, Alain Resnais, Jacques Doillon ou encore Claude Lelouch.

Google+ Badge

Google+ Badge

Google+ Badge